Communication médias

Les pires Bad Buzz de 2021 – Le Top 10

crise bad buzz

Retour sur les gros ratages de communication de l’année 2020-2021

Un bad buzz est un événement négatif qui porte préjudice à une personne ou à une entreprise en concentrant des mécontentements qui peuvent s’exprimer tant dans la presse traditionnelle que sur les réseaux sociaux à son encontre.

Un bad buzz est généralement accentué par les réseaux sociaux qui permettent une grande diffusion des faits reprochés en agissant comme une caisse d’exacerbation des émotions (souvent avant que cela soit repris par les médias traditionnels). La réputation de la victime du bad buzz s’en trouve alors durablement écornée.

Durant l’année 2021, plusieurs bad buzz ont éclaté et ont marqué les esprits. On peut notamment retenir :

Collaboration de Lacoste avec Roméo Elvis et Moha la Squale

Lacoste, qui venait de signer une collaboration avec les deux rappeurs Roméo Elvis et Moha La Squale, se retrouva dans l’embarras, alors que Roméo Elvis était accusé d’agression sexuelle, tandis que Moha La Squale était soupçonné d’agression sexuelle, de séquestration et de violences.

Le grand bruit que cette opération a suscité dans les médias et sur la toile a poussé la marque à mettre un terme à cette collaboration afin de ne pas être éclaboussée par ces affaires judiciaires.

L’entreprise Lacoste a stoppé la collaboration sous la pression des internautes en affirmant « Nous affirmons avoir arrêté notre collaboration depuis plusieurs mois avec Moha La Squale tant son comportement ne correspondait déjà plus aux valeurs de la marque« . « Nous condamnons absolument toute forme de violence, de harcèlement et d’agressions » affirme encore la marque française.

 

Lacoste avec Roméo Elvis et Moha la Squale

Le stock des consoles next-gen

Durant l’année 2020, la demande des consoles de jeux vidéos fabriquées par Sony et Microsoft était considérable, mais le stock n’était clairement pas à la hauteur de la demande des joueurs. Un nombre très réduit d’utilisateurs a pu s’en procurer une, les autres se sont sentis bernés, manifestant leur colère contre les marques sur les réseaux sociaux.

Les dernières consoles de Microsoft et Sony se faisaient toujours aussi rares plus d’un an après leur sortie. Les revendeurs des consoles continuent d’afficher des ruptures de stock et lorsque des PlayStation 5 ou des Xbox Series X sont mises en vente, elle partent en quelques minutes, de quoi frustrer ceux qui ne peuvent pas accéder à la promesse marketing des marques soutenues par de larges investissements publicitaires pour susciter l’envie chez le consommateur.

consoles next-gen stock pénuries

Le double bad buzz de Kim Glow

Kim Glow, une « influenceuse » se trouva face à l’incapacité de prendre un avion au départ de la Tunisie vers la France. Se retrouvant bloquée, elle qualifie la Tunisie de « dictature », ce qui provoqua naturellement de nombreuses réactions indignées devant ces déclarations farfelues.

Cette ancienne candidate de télé réalité s’était déjà fait connaitre pour ses prises de paroles aussi baroques que branquignoles. Bloquée en Tunisie, alors qu’elle s’y rendait pour une opération de chirurgie esthétique, la jeune femme de 34 ans, a fait le buzz sur internet suite à ses nombreuses stories Snapchat extravagantes sur la situation.

Interpellant vulgairement le président de la République française, la candidate loufoque déclara notamment « L’ambassade nous dit de venir prendre un vol, mais tout le monde se renvoie la balle de ping-pong. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas d’avion militaire pour nous rapatrier. C’est rigolo deux minutes, mais ce n’est pas notre pays ici. Ça ne rigole pas, c’est la dictature. Il faut un rapatriement militaire ! Il fait quoi Emmanuel Macron en France ? Je suis bloquée là ! »

Les internautes moquèrent ce comportement saugrenu d’une candidate lunaire.

En guise de réponse, l’influenceuse multiplia les déclarations écervelées et méprisantes affirmant notamment que les tunisiens « après le corona, ils vont reprendre leur petite vie misérable à travailler pour un SMIC pour payer leurs factures« . Quant à elle, elle pourrait « se casser où elle veut, aux Maldives« .

Kim Glow polémique smic hlm

Kim Glow dictature

Le faux partenariat avec la fondation Brigitte Bardot

L’influenceuse Maddy Burciaga, de son vrai nom Maddy Scheidler, est une candidate de télé-réalité qui s’est faite connaitre dans l’émission Qui veut épouser mon fils ?. Pour lancer sa marque de produits cosmétiques, la candidate posa avec un lionceau sur une photo postée sur Instagram en mentionnant l’existence d’un partenariat avec la fondation Brigitte Bardot.

Le journaliste Hugo Clément signala l’arnaque qui résidait dans cette pose choquante avec un animal captif, totalement contraire aux valeurs de la fondation.

Dans le déni, l’influenceuse persista dans ses déclarations et affirma qu’elle ferait les dons personnellement. Entre temps, la fondation diffusa un démenti à la presse, déclarant qu’il n’y a jamais eu le moindre partenariat avec cette jeune femme, par ailleurs, non autorisée à utiliser, pour ne pas dire, instrumentaliser, le nom de la fondation.

Maddy Burciaga arnaque bardot

Maddy Burciaga arnaque bardot

L’appel à faire la fête de Nicolas Bedos malgré le COVID19

En pleine crise sanitaire marquée par la Pandémie de Covid-19, Nicolas Bedos posta sur les réseaux sociaux un message par lequel il appelait ses followers à sortir, tomber malade, vivre même si c’est pour en mourir.

Cette déclaration hallucinante a évidemment été très mal reçue par les Français, notamment par les personnels soignants qui ont souligné le risque de se retrouver avec des hôpitaux saturés, jugeant cette publication irresponsable.

Nicolas Bedos polémique covid

L’année 2021 a également eu sa part de bad buzz, voici les plus marquants.

La collaboration de BoohooMan avec le rappeur DaBaby

Alors que l’entreprise britannique de vente en ligne de vêtements BoohooMan dévoile sa ligne estivale en collaboration avec le rappeur américain DaBaby, des déclarations insultantes jugées homophobes et sérophobes de la part du rappeur durant le Rolling Loud Miami Festival conduisent la marque a procédé à la rupture de son partenariat avec l’artiste.

BoohooMan dababy homophobie

La collaboration de Nike avec le rappeur Travis Scott

La collaboration de Nike avec Travis Scott Lors du festival annuel Astroworld lancé par le rappeur Travis Scott, une bousculade a fait dix morts et plus de 300 blessés.

La marque Nike décida alors de repousser sa collaboration avec l’artiste qui a vu la majorité de ses projets compromis par ce drame.

Astroworld nike

La famille Gucci et le film « House of Gucci »

Après la sortie du film « House of Gucci » réalisé par le Britannique Ridley Scott, l’agence de presse italienne ANSA publie une lettre signée par les héritiers Gucci qui déclarent qu’ils sont blessés par la présentation de Patrizia Reggiani comme une victime alors qu’elle a été condamnée pour avoir commandité le meurtre de Maurizio Gucci.

gucci lettre

À l’instar des proches de Céline Dion qui ont condamné le film Aline, les héritiers de la maison italienne de luxe Gucci ont menacé d’intenter une action en justice contre le film de Ridley Scott House of Gucci, qu’ils accusent de dépeindre les membres de la famille comme des « hooligans ».

Le film se saisit de l’un des faits divers les plus retentissants de l’Italie des années 1990, l’assassinat de Maurizio Gucci (joué par Adam Driver), héritier de la maison italienne, commandité par son ex-épouse Patrizia Reggiani (jouée par Lady Gaga).

« La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches », indique une lettre publiée par l’agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d’Aldo Gucci (1905-1990), le fondateur de la marque de luxe.

La lettre précise que les héritiers Gucci ont été particulièrement blessés par la description de Patrizia Reggiani, « une femme condamnée pour avoir commandité le meurtre de Maurizio Gucci [présentée] comme une victime ». Elle regrette aussi qu’Aldo Gucci et ses proches soient dépeints comme « des hooligans, ignorants et insensibles au monde qui les entoure ».

En avril dernier, la famille avait déjà réagi au projet, faisant part de son mécontentement à Associated Press : « Nous sommes vraiment déçus et je parle au nom de toute notre famille. Ils volent l’identité de notre famille pour faire du profit et alimenter le système hollywoodien. Notre famille a une identité et une vie privée. On peut parler de tout mais il y a une frontière à ne pas franchir. »