Gestion des risques

Une méthode pour se préparer au pire

pire

Comment se préparer efficacement au pire ?

Qu’y a-t-il de commun entre une grève, l’incendie d’un site de production, un kidnapping ou la contamination de rillettes par la listériose ? Réponse : la naissance d’une situation de crise au sein de l’entreprise. Le crisis management, spécialité anglo-saxonne, a débarqué en France il y a une dizaine d’année. LaFrenchCom est l’une des rares sociétés spécialisées dans la gestion de crise pour une centaine d’entreprises ou d’organisations, privées et publiques.

La crise est un événement qui perturbe durablement l’entreprise et a un impact sur son image. La première du genre fut sans doute celle de Perrier en 1990. Le géant pétillant, qui avait focalisé sa communication corporate sur le fait qu’il vendait une eau pure et haut de gamme, fut précipité du jour au lendemain du sommet de l’Olympe à cause de niveaux de benzène infinitésimaux qui l’obligèrent à retirer toute sa production de bulles du marché. Des années plus tard, Perrier s’en ressentait encore.

Gérer la crise, c’est l’anticiper ou la limiter

Gérer la crise, c’est donc avant tout la limiter. Et pour ce faire, l’anticiper. Que propose une agence de gestion de crise comme LaFrenchCom à ses clients ? Tout d’abord, d’identifier les risques, tous les risques sans exclusive, puis de les hiérarchiser, et enfin de faire l’inventaire des procédures mises en place par l’entreprise pour faire face à tout événement imprévu.

La plupart du temps, l’entreprise n’a rien envisagé, ou pas grand-chose. Il s’agit alors d’élaborer un plan d’action d’anticipation de la crise et de lutte contre les effets de la crise. Exemple très concret : qui reçoit un appel urgent en dehors des heures ouvrables ? Est-ce un gardien ? Sait-il qui informer ? Que répond-il ? Etc.

 

Testez votre capacité à résoudre une crise en répondant au quizz !

 

Quand la crise bascule et bouscule

« Ce sont ces tout premiers moments qui peuvent faire basculer la situation. Des situations imprévues se transforment régulièrement en crise car elles sont portées trop tard à la connaissance des dirigeants » relève Florian Silnicki, Expert en communication de crise et Président-Fondateur de l’agence LaFrenchCom.

Changer cela, c’est aussi changer les mentalités : « Il faut que chacun sache qu’il peut faire remonter un problème sans risque de se faire taper sur les doigts » sourit Julien Auffret, Associé en charge de la gestion de crise. Ce qui n’est sans doute pas le plus facile au sein des entreprises.