Actualités

Les agences de relations publiques investissent les blogs


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

blog

Les investissements dédiés aux relations publiques ont encore crû de 3,4 % en 2007. Soucieux de leur réputation sur le Web, les annonceurs replacent les agences de relations publiques au coeur de leurs plans de communication corporate

C’est un peu la vengeance de la blonde. Les relations publiques (RP), longtemps considérées comme la cinquième roue du carrosse, acquièrent ces dernières années une nouvelle dimension stratégique dans les plans de communication des annonceurs. En témoigne l’augmentation des budgets alloués à cette activité en 2007.

Selon l’Institut de recherches et d’études publicitaires (Irep) et la société France Pub, les dépenses relations publiques des annonceurs ont cru de 3,4 % alors que, dans le même temps, leurs dépenses globales de communication n’augmentaient que de 0,6 %, une des variations les plus faibles de ces dix dernières années. 

AVANTAGE CONCURRENTIEL 

En période de réduction des coûts, les budgets communication sont parmi les premiers touchés. Or une campagne de relations publiques est toujours moins chère qu’une campagne publicitaire.

Reste que cet avantage concurrentiel n’est pas l’unique explication de ce redéploiement des moyens. L’explosion d’Internet, et plus particulièrement du Web communautaire, fait naître de nouveaux besoins de communication.

La notion de public est très différente de ce qu’elle était au siècle dernier. L’entreprise doit aujourd’hui gérer l’opinion de différentes parties prenantes qui sont devenues de plus en plus intrusives.

Des associations de consommateurs aux ONG, en passant par les blogueurs plus ou moins influents, l’entreprise est en effet sous surveillance constante. 

Une mauvaise note, un commentaire désastreux, rien ne s’efface sur Internet (sauf à faire appel à une agence de nettoyage de réputation sur internet), il suffit qu’un internaute tape une requête pour que l’information remonte. C’est comme si l’entreprise vivait en perpétuel état de communication de crise. Éviter l’effet boomerang, c’est justement l’une des premières fonctions des agences de relations publiques qui ont été parmi les premières à se positionner sur le marché de la réputation en ligne.

Historiquement, et compte tenu du travail que nous accomplissons chaque jour auprès de la presse, nous sommes les mieux placés pour identifier les internautes les plus influents, pour analyser les demandes, mettre en oeuvre des actions personnalisées et délivrer des contenus utiles. 

ADAPTATION 

Un avis que semblent partager les directions marketing et communication des entreprises. Selon une étude mondiale réalisée en juillet 2007 par le cabinet d’analyse indépendant Brainjuicer, 96 % d’entre eux reconnaissent l’importance des RP et 60 % se disent prêts à augmenter ces budgets au cours des prochains mois. De quoi rassurer un secteur qui, pour être efficace dans ce nouveau monde, s’est considérablement professionnalisé.

Internet n’a pas modifié notre approche fondamentale du métier qui consiste à parfaitement comprendre les besoins des annonceurs et les attentes des différents publics pour faire rejoindre les intérêts de chacun, en revanche, son arrivée a changé notre façon de travailler.

Pour répondre à cette nouvelle démocratie directe, les agences ne se sont pas contenté de développer de nouveaux outils de communication, elles sont de plus en plus nombreuses à faire appel à des blogueurs influents et de nouveaux profils capables de comprendre les interactions entre les différentes parties prenantes. De nouvelles expertises qu’elles entendent bien valoriser auprès des annonceurs. En qualité de conseil stratégique sur la réputation.