News|

Gestion de crise : les avocats s’y intéressent

Aux états-Unis, quelques avocats se lancent dans la communication de crise des entreprises. Ils préparent les arguments juridiques dans le plan média des dirigeants d’une société.

Prévenir une crise ou épauler les dirigeants d’entreprise afin de mieux la gérer auprès des médias. C’est un nouveau marché qui commence à se développer outre-Atlantique du côté des avocats d’affaires, en particulier dans la sphère des cabinets pouvant s’appuyer sur une implantation mondiale.

Le concept de la communication juridique de crise

« C’est un concept tout à fait révolutionnaire aux États-Unis, mais qui intéresse les grands groupes car toute crise médiatique devient rapidement internationale », déclare Lanny J. Davis, avocat associé chez Orrick, cabinet d’avocats américain ayant une quinzaine de bureaux à l’étranger. Ancien conseiller à la Maison-Blanche du président Bill Clinton, cet avocat de formation ne cache pas que l’idée de créer un pôle de communication juridique de crise (Legal Crisis Communication) lui est venu lors de la fameuse affaire Monica Lewinsky. L’équipe ainsi mise en place chez Orrick comprend notamment trois anciens journalistes.

La direction d’une entreprise a souvent une attitude défensive pour gérer une crise dans sa communication auprès des médias. De plus, avec la mondialisation économique et la rapidité de l’information via Internet, la gestion de crise doit s’inscrire dans une stratégie globale. Les circonstances peuvent être extérieures à l’entreprise et présenter des enjeux très importants. Par exemple, la résurgence dans les médias d’affaires juridiques parfois très anciennes, relayées par des groupes de pression virulents, peut compromettre le lancement d’une nouvelle gamme de produits. « Sans remplacer une agence de relations publiques, nous décortiquons tous les faits liés à l’incident, afin de fournir à l’entreprise une véritable valeur ajoutée grâce à la qualité des arguments juridiques et leur présentation médiatique », explique l’avocat américain.

Garder le contrôle. L’objectif affiché est que l’entreprise puisse garder le contrôle de l’information et ne soit pas sur la défensive. Pour ce faire, la stratégie consiste à dire aux journalistes tous les éléments, y compris les mauvais. « Car les mauvais faits arrivent toujours à sortir, estime Lanny J. Davis. L’idée consiste à les glisser au milieu d’une description détaillée et argumentée, dont le contrôle appartient à l’entreprise et non aux médias. » Reste qu’une entreprise a tout intérêt à avoir une démarche préventive.

« Les dirigeants d’une société savent très bien qu’ils ont parfois entre les mains des bombes à retardement », souligne l’avocat. C’est pourquoi un audit juridique préventif de crise peut se révéler utile. Le dirigeant disposerait ainsi d’arguments juridiques pour chaque situation plausible dans son plan médiatique lorsqu’une crise surgit.


Vous êtes avocats et souhaitez élaborer avec nous une stratégie de communication de crise ?


Pour en savoir plus, lisez nos articles et décryptages :