News|

Décryptage de Florian Silnicki, Expert en communication et Fondateur de LaFrenchCom, invité de CNEWS

Pour Florian Silnicki :

– la rĂ©ponse aux Gilets Jaunes est nĂ©cessairement politique. Elle ne peut pas ĂȘtre sĂ©curitaire. Donner l’apparence de dĂ©lĂ©guer la gestion du conflit des Gilets Jaunes aux services de Police est une erreur commise par certains de nos responsables politiques.

– la classe politique doit rĂ©ussir Ă  mettre en scĂšne une coproduction politique permettant de montrer aux Gilets Jaunes qu’ils ont Ă©tĂ© entendus, qu’ils sont dĂ©sormais collectivement acteurs de leur futur et que la politique ne se fait pas contre eux mĂȘme si la politique s’est trop longtemps faites sans eux.

– les violences ne doivent pas faire oublier aux responsables politiques que le mouvement des Gilets Jaunes est nĂ© d’une convulsion collective pour plus de justice sociale.

les Gilets Jaunes sont une crise de nerfs d’une partie des Français. Une crise de nerfs n’est pas une opinion d’oĂč la difficultĂ© de l’analyser par les hommes et les femmes politiques. Il faut rechercher les causes de cette colĂšre qui ne doit pas ĂȘtre a priori considĂ©rĂ©e comme illĂ©gitime mĂȘme si elle peut s’exprimer maladroitement.

le mouvement des Gilets Jaunes marque un rejet clair de la communication politique dont les excĂšs ont donnĂ© le sentiment ces derniĂšres annĂ©es que tout se valait, qu’il n’y avait plus aucune distinction entre la droite et la gauche, quand les affaires ont, elles, donnĂ© le sentiment parfaitement injustifiĂ© qu’ils Ă©taient tous corrompus.

—