Reading:
Relations publiques: misez sur le long terme

Relations publiques: misez sur le long terme

by LaFrenchCom
3 novembre 1998

relations publiques

Les relations publiques entrent peu à peu dans une nouvelle phase de leur existence. On planifie dorénavant la communication corporate à long terme et les différents publics d’une entreprise sont informés sur une base plus régulière.

Auparavant, la communication servait en temps de crise ou lorsqu’on avait de mauvaises nouvelles à apprendre aux employés en déployant des stratégies de communication de crise au service de la gestion de crise.

Puis, nous en étions arrivés à l’ère de la transparence. Il était devenu important que les dirigeants soient honnêtes avec les employés et tous les publics externes; qu’ils expliquent tout ce que vivait l’entreprise afin que tout le monde comprenne bien les enjeux et connaisse le pourquoi des décisions importantes. Encore une fois, il faut bien l’avouer, la transparence arrivait par à-coups.

Avec le temps, les dirigeants ont compris que la confiance et la crédibilité d’une entreprise se bâtissent à long terme et que rien ne vaut la régularité dans les communications.

«Tous les ans, on fait des plans de marketing et des plans financiers, indique Michel Maletto , conseiller de Mélançon, Girard, Maletto et associés, une entreprise de management. Mais on ne planifiait pas les communications. C’est en train de changer: on prend conscience que la force des interventions réside dans le rythme auquel elles sont faites.»

Faire converger les messages

Un plan de communication à long terme permet d’arrimer les efforts pour que tous les messages tiennent la route ici et à l’étranger, car beaucoup de joueurs ont désormais des campagnes de relations publiques qui dépassent largement les frontières du Québec.

«L’entreprise doit avoir une seule voix, dit Daniel Granger , vice-président et directeur de groupe, Technologie, de National. Les communications financières, commerciales, ou auprès des employés doivent être cohérentes et la planification des messages auprès de tous ces publics est importante.»

Une profession plus exigeante

Au sein des organisations, les professionnels des relations publiques ont donc un rôle de stratège à jouer et les exigences de la profession augmentent.

Comme le note M. Granger, un consultant en communication n’impressionne personne en écrivant un communiqué sans faute ou en faisant des relations presse. Il doit pouvoir proposer des stratégies de communication qui contribuent à améliorer la réputation de l’entreprise où il travaille.

Au Québec, vous le verrez dans ce dossier, nous ne sommes pas en reste du côté de la formation et certains professionnels d’ici sont même en demande à l’étranger.

Les programmes de nos universités sont complets et les demandes y sont très fortes. Au total, 30 % des programmes d’études permettent d’accéder à un baccalauréat et 12 % des cours offerts offrent une maîtrise, ce qui est exemplaire compte tenu de la population estudiantine.

La présidente de la Société canadienne des relations publiques (SCRP), Barbara Pollock , compte d’ailleurs se rapprocher des maisons d’enseignement. «Nous devons faire en sorte d’encourager toute formation supérieure pour ceux qui, en cours de carrière, voudraient enrichir leurs compétences.»

Un agrément

L’agrément peut également rehausser le niveau des professionnels de la communication. À la Société, un membre sur trois passe son agrément, une certification existe depuis près de 30 ans. Au total, dans les 17 sociétés du territoire canadien, 1 300 membres sont agréés.

Pour obtenir l’agrément, il faut être membre de la SCRP et avoir travaillé à temps plein pendant cinq ans en relations publiques. Les examens ont lieu une fois l’an et comportent trois parties: un échantillon de travail, un test oral et un test écrit.

Les examens sont notés par trois examinateurs et des examinateurs en chef compilent les notes et les soumettent à l’approbation du Conseil d’agrément formé de communicant professionnels.

À l’heure des communications interactives, d’un contexte de mondialisation et d’enjeux qui nécessite de gérer la réputation d’une entreprise, les communicants sont plus que jamais actifs.

Cette année, la SCRP fête son 50e anniversaire, le regard bien tourné vers les années à venir.

Related Stories

Arrow-up