Actualités

Gestion de crise : un entêtant parfum de Scandal


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

olivia-pope-communication-gestion-de-crises

Pour les amateurs de fictions politiques, il n’y a pas que House of Cards dans la vie. Il y a aussi Scandal, diffusée en clair sur M6 chaque mardi soir. Une fiction dont les intrigues emberlificotées ont de quoi rendre totalement accro. Cette addiction, on la doit en grande partie au personnage d’Olivia Pope, campée avec perfidie et glamour par Kerry Washington.

Après avoir contribué à l’élection du président des États-Unis, Fitzgerald Thomas Grant III (Tony Goldwin), la jeune communicante ambitieuse a claqué la porte de la Maison-Blanche pour créer son cabinet de conseil en gestion de crise, Olivia Pope et Associés. En fait d’associés, il s’agit d’individus singuliers, probablement incapables de travailler pour quelqu’un d’autre que cette patronne atypique.

Il y a Huck (Guillermo Diaz), un petit génie de l’informatique, ancien agent secret devenu SDF qu’Olivia Pope a sorti de la rue. Il y a Abby Whelan (Darby Stanchfield), ancienne avocate qu’Olivia a prise sous son aile quand elle était battue par son mari. Il y a aussi Harrison Wright (Colombus Short) , ex-avocat également, qui n’hésite pas à jouer de son charme pour obtenir des informations. Il y a enfin Quinn Perkins (Katie Lowes), avocate aux dents longues qui cache bien son jeu sous des dehors timides.

Épaulée jour et nuit par ces « gladiateurs en costume » , comme ils se surnomment eux-mêmes, Olivia Pope tire d’affaire des personnalités politiques ou médiatiques qui se sont mises dans de sales draps. En utilisant des méthodes peu orthodoxes. Les relations passionnelles et compliquées d’Olivia Pope avec le président des États-Unis, un homme marié, ajoutent du piment à cette série politico-judiciaire qui s’améliore de saison en saison.

Le personnage d’Olivia Pope est inspiré d’une femme bien réelle : Judy Smith, qui a travaillé à la Maison-Blanche et fondé l’agence en stratégie de crise Impact Strategies. Depuis vingt-cinq ans, grâce à ses compétences en communication, en droit et en politique, cette professionnelle sort d’un mauvais pas ses célèbres clients. Lorsque vous saurez qu’elle a notamment travaillé sur l’affaire Monica Lewinsky, sous la présidence Clinton, dans les années 1990, vous ne douterez plus de la qualité des conseils qu’elle a pu apporter en tant que coproductrice exécutive de la série.

La créatrice de Scandal, Shonda Rhimes, raconte : « Il m’est arrivé de l’appeler en disant: « Si on avait un soldat conservateur qui vient d’être récompensé par le Congrès et qui est gay, qu’est-ce que tu ferais ? » Et Judy me dit de quelle manière elle aurait géré l’affaire. »

Les Américains se sont enflammés pour les aventures d’Olivia Pope, dont la première saison a été suivie, sur ABC, par 7 millions de téléspectateurs en moyenne. Preuve de la qualité de la série, le dernier épisode de la saison 3 a été vu par 10 millions de personnes.

Parmi les fans célèbres, Michelle Obama, dont le mari préfère, dit-on, House of Cards, Naomi Campbell et Mariah Carey, qui avoue « attendre Scandal toutes les semaines ! » . Ce sera bientôt votre cas.