Reading:
La crédibilité des médias jugée sévèrement

La crédibilité des médias jugée sévèrement

3 novembre 1999

information

Information ? Communication Corporate ? En France, la confusion règne, encore plus qu’ailleurs. Les Français placent les médias et les entreprises à égalité pour les informer des problèmes comme le chômage, les droits de l’homme, l’environnement. C’est l’un des résultats de l’enquête que vient de réaliser l’agence de communication Fleishman Hillard à partir d’un sondage effectué par Ipsos Opinion auprès de 4 000 personnes en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni.

Cette étude, qui vise à mesurer la légitimité des entreprises à communiquer sur des sujets de société, est aussi l’occasion d’évaluer le niveau de crédibilité dont jouissent les médias, la classe politique et les différents acteurs économiques. En moyenne, un Européen sur deux considère que les organisations non gouvernementales (ONG) sont les sources d’information les plus fiables avant, dans l’ordre, les journalistes, les hommes politiques et, loin derrière, les entreprises. Mais il existe d’importantes divergences selon les pays.

En France, la situation est “sur le fond particulièrement inquiétante pour la presse, dont c’est la vocation”, constate le groupe américain de communication. Les femmes accordent encore moins de crédibilité aux journalistes que les hommes. Elles ne sont, selon Ipsos Opinion, que 9 % à citer la presse comme une source d’information fiable sur ces sujets, juste avant les hommes politiques (6 %). Les Français font davantage confiance aux entreprises (13 %) que leurs voisins européens (entre 6 % et 8 %). Ce sont, toutefois, les informations diffusées par les ONG qui jouissent de la crédibilité la plus forte en France (63 %).

En Grande-Bretagne, un pays où “le crédit des journalistes est le plus pauvre”, observe-t-on chez Fleishman Hillard, la situation est encore plus alarmante qu’en France. Les Anglais ne sont que 9 % à citer la presse comme une source fiable d’information. L’Allemagne est le seul pays où les journalistes jouissent de la même crédibilité que les ONG.

Des nuances sont toutefois à apporter selon le profil socio-démographique des personnes interrogées : les jeunes adultes (moins de trente-cinq ans), comme les personnes vivant dans des foyers avec des jeunes enfants, estiment les ONG plus fiables que les autres sources d’information.

Généralement, le degré de confiance accordée à la presse va croissant avec le niveau de revenu. Et les personnes disposant de revenus importants se méfient des discours développés par les entreprises.

Related Stories

Arrow-up