Actualités

En France, la "politique.com"


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

politique

Dès 2001, sept millions d’électeurs, puis neuf en 2002, seront connectés chez eux à Internet. Cette révolution de l’information bouscule les partis et les élus. Mondialisé et virtuel, le Web fait émerger un nouveau militantisme. Guide et inventaire des sites

Les politiques, bousculés par Internet.

En 2001, année des élections municipales, au moins sept millions d’électeurs seront connectés chez eux au Net. Un an plus tard, au moment où se jouera la présidentielle, ils seront neuf millions à surfer sur le Web, sans compter ceux qui se brancheront sur leur lieu de travail, selon les projections du ministère de l’économie. 

Forts de cette certitude, tous les partis, la plupart des élus nationaux et bon nombre de maires de grandes villes se lancent à leur tour sur le Net. Tous créent des sites, beaucoup équipent leurs fédérations, certains y organisent même une partie de leurs débats internes. Lionel Jospin et Jacques Chirac, qui suivent chacun le déroulement de la campagne électorale américaine, sont tout aussi convaincus que ce nouveau système de communication jouera désormais un rôle non négligeable dans les élections. Internet est appellé à prendre d’autant plus d’importance qu’il permet de dépasser deux obstacles majeurs de la communication politique : son coût et la difficulté à instaurer un lien de proximité avec les électeurs. 

En outre, le Net est en passe de changer la figure même du militantisme. Ce n’est pas seulement le profil des internautes (plus souvent issus du privés, plus jeunes et mieux informés) qui bouleverse les rangs habituels des adhérents de parti politique. L’émergence d’une citoyenneté mondiale et virtuelle bouscule la propagande traditionnelle. Les associations environnementalistes, les contestataires de la mondialisation mais aussi certains syndicats ont compris l’extraordinaire pouvoir de dynamisation et de dissémination des idées que représente Internet. 

Les partis traditionnels, eux, tentent, avec plus ou moins de succès, de redonner de la vigueur à leurs bases grâce à des sites internet.