Actualités

đŸ“ș La communication politique doit se rĂ©inventer face aux Gilets Jaunes


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

 

Florian Silnicki, Expert en stratĂ©gies de communication qui dirige l’agence LaFrenchCom Ă©tait l’invitĂ© de CNEWS afin de dĂ©crypter la sĂ©quence politique des Gilets Jaunes invitĂ©s Ă  Matignon par le Premier Ministre. Il est revenu sur la liquiditĂ© de cette nouvelle forme de mobilisation sociale et l’impuissance de l’arme des codes traditionnels de la communication politique pour y rĂ©pondre.

Le rendez-vous d’une dĂ©lĂ©gation de Gilets jaunes avec Edouard Philippe a virĂ© au fiasco. Deux reprĂ©sentants, contestĂ©s, souhaitaient que cette rencontre soit filmĂ©e, refus catĂ©gorique du Premier ministre qui n’a pas pris le risque de perdre le contrĂŽle de son image politique et de sa communication. L’un des Gilets jaunes est donc immĂ©diatement reparti.

« Ce qui est frappant, c’est que ceux qui dĂ©filent aujourd’hui ce sont des personnes qui n’étaient pas militants syndicaux ou politiques. Ils sont entrĂ©s dans la mobilisation sur Facebook ce qui donnent confiance et courage Ă  ceux qui manifestent. » pour Florian Silnicki

« Les réseaux sociaux, en premier lieu Twitter et Facebook, jouent un rÎle fondamental depuis le début de la mobolisation sociale des #giletsjaunes, formidables caisses de résonance de leurs revendications » affirme Florian Silnicki

« Ce #1erDecembre c’est l’illustration de la facebookisation de la sociĂ©tĂ© et des mouvements sociaux. Les gens simples qui dĂ©filent, c’est la France d’en bas qui souffre qui dĂ©nonce des privilĂšges. La voiture est LE symbole du pouvoir d’achat en dĂ©clin. » ajoute l’expert en communication.

« Les communicants d’@EmmanuelMacron jugent son image injuste et injustifiĂ©e. Il y a Ă©videmment une part d’injustice. Il incarne LE pouvoir. Il incarne LA politique. Il est naturellement aussi le rĂ©ceptacle des colĂšres nĂ©es des pratiques politiques passĂ©es » analyse Florian Silnicki

« Face aux #giletsjaunes @EmmanuelMacron souffre dans sa communication d’une image forgĂ©e les premiers jours du quinquennat : ĂȘtre le PrĂ©sident des riches. Ses formules provocatrices Ă  l’égard du chĂŽmeur ou lors de l’affaire #benalla ont accentuĂ© cette perception. » dĂ©crypte Florian Silnicki

« Dans leur communication de crise face aux #giletsjaunes, nos dirigeants doivent impĂ©rativement faire preuve d’empathie. Les dirigeants doivent envoyer le signe d’une prise de conscience qui crĂ©dibilisera les rĂ©ponses politiques qu’ils formuleront par la suite. » dit Florian Silnicki

« Les #giletsjaunes Ă©branlent nos dirigeants politiques. Dans l’univers Ă©phĂ©mĂšre de Twitter et des chaĂźnes d’info en continu, l’omniprĂ©sence des Gilets Jaunes oblige les dirigeants, en campagne permanente, Ă  faire face Ă  des situations individuelles exacerbĂ©es… »

« Les communicants connaissaient la rĂšgle des mĂ©dias en France : on lĂšche, on lĂąche, on lynche. Les politiques affrontent dĂ©sormais la mĂȘme rĂšgle avec leurs Ă©lecteurs dont les votes obĂ©issent Ă  une rotation de plus en plus rapide (ils essaient tous les partis) »

« Les #giletsjaunes sont une illustration du fait qu’internet balaie tout sur son passage, y compris la communication politique qui doit ĂȘtre rĂ©inventĂ©e. Le temps mĂ©diatique ou digital n’a jamais Ă©tĂ© le mĂȘme que le temps politique. C’est aujourd’hui une source de frustration. »

« La mobilisation des #GiletsJaunes se twitte, se facebooke, s’instagrame, se SMS, se selfise… Dans un tel contexte, comment faire passer des messages pour nos dirigeants politiques ? Comment parler de situation compliquĂ©e au plus grand nombre ? Avec empathie ! »

« Les #GiletsJaunes dans notre société liquide vivent les syndicats comme un obstacle. Ils se sont donc mobilisés individuellement. Cette mobilisation sociale a perdu tout caractÚre militant ou syndical. Les corps intermédiaires sont vécus comme un asservissement. »

« Emmanuel Macron a, le premier, compris que dans notre sociĂ©tĂ© liquide, les partis politiques Ă©taient des obstacles. 380 000 personnes ont adhĂ©rĂ© en 2016 d’un simple clic sans payer, pour le mener Ă  l’ElysĂ©e. Personne n’y croyait, l’opĂ©ration a rĂ©ussi. »

« Les #giletsjaunes sont une Ă©preuve pour le pouvoir qui fait face Ă  la liquĂ©faction de la mobilisation sociale. L’essentiel pour les Gilets Jaunes est de faire cĂ©der le pouvoir. L’essentiel pour le Pouvoir est de tenter de lire et de fixer leurs revendications. »

« Il y a un dĂ©fi majeur de communication politique. Les #giletsjaunes sont enfermĂ©s dans des canaux d’information confortant leurs croyances initiales, mĂȘmes fausses et rejetant les informations dissonantes, mĂȘmes vĂ©rifiĂ©es … la com’ est un sport de combat ! »

—