Actualités

La communication de crise d'Hervé Gaymard


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

Hervé Gaymard clara

Le ministre français de l’Economie Hervé Gaymard ne veut pas placer la communication de crise au centre de son action mais c’est bien la gestion de la crise autour de son logement qui concentre les critiques, quand nombre d’entreprises et d’hommes politiques y travaillent depuis des années. 

Jean-Marie Charron, sociologue des médias, estime que dans le cas de M. Gaymard, « on a affaire à une communication politique assez personnelle, qui apparaît accumuler les fautes ». 

« On peut toujours pécher par omission, mais pas être mis en défaut par quelque chose qui relève d’un mensonge », juge-t-il. 

L’entourage du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a reconnu jeudi « des problèmes de communication » de la part d’Hervé Gaymard, qui aurait dû « tout dire avant », notamment sur le fait qu’il percevait un loyer pour son propre appartement du boulevard Saint-Michel à Paris. 

Mais pour le ministre de l’Economie, la communication n’est pas une priorité dans son travail. « Je ne me suis jamais axé sur la communication. Je crois que c’est la continuité, le travail, et l’humilité qui comptent », a affirmé M. Gaymard mercredi soir devant des étudiants de l’école de commerce HEC, à Maison-Alfort (Seine-et-Marne). 

Pour autant, a ajouté le ministre « en politique, il n’est pas interdit d’être habile non plus quand on est sérieux. Et c’est vrai que souvent les politiques ont le tort de ne pas assez intégrer la dimension communication en amont ». 

La réaction de M. Gaymard « nous a beaucoup surpris par sa maladresse », a estimé pour sa part le PDG de l’hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné, Michel Gaillard, qui a révélé ces affaires. 

Or la communication est devenue depuis une trentaine d’années un élément de stratégie à part entière des entreprises et des politiques. 

« Les crises ont accéléré la prise de conscience par les dirigeants d’une gestion de cette communication », précise Martine Damour, déléguée générale d’Entreprises et Medias, association d’une centaine de directeurs de communication de grandes entreprises. 

Des cabinets de consultants sont connus pour conseiller, en matière de communication, à la fois des hommes politiques et des chefs d’entreprise, à l’instar d’Euro-RSCG (Havas) et de Publicis. 

Parmi les plus en vue, Image Sept, d’Anne Méaux, conseille beaucoup d’entreprises du CAC 40 tandis qu’une de ses anciennes collaboratrices, Cécile Ozanne, est responsable des relations presse de Jean-Pierre Raffarin. 

Son concurrent DGM Conseil est dirigé quant à lui par Michel Calzaroni, qui a conseillé Gérard Longuet autant que le groupe LVMH. Il a travaillé aussi pour EDF, au moment où y travaillait Benoît Gausseron, actuellement conseiller technique pour la presse auprès de M. Gaymard. 

Selon Mme Damour, également chargée de cours à Sciences Po sur la « communication de crise », ce genre de situation se caractérise par « une pression du temps »: « on demande une explication tout de suite. Donc il va être obligé de vous donner une réponse qui va être peut-être fausse. C’est ce que M. Gaymard a fait ». 

« M. Gaymard a dit qu’il n’était pas au courant, parce que vraisemblablement on a dû lui dire +il faut que tu répondes tout de suite sinon ce n’est pas possible, il faut que tu sois transparent+ », ajoute-t-elle. 

Yves Jambu-Merlin, vice-président d’EuroRSCG C&O, considère que M. Gaymard a eu un « bon réflexe » en affirmant qu’il allait abandonner son logement, mais qu’il aurait « dû s’arrêter là ». « En voulant rajouter des arguments, il s’est pris les pieds dans le tapis et a créé sa propre crise ».