Communiquer sur une crise

Le jour où la Société générale trembla

Ce 24 janvier, la réalité a dépassé la fiction et les tours Société générale de La Défense ont tangué. Daniel Bouton, le Pdg, a dû annoncer, aux yeux du monde et non sans maladresses, avoir été victime d’une fraude imputée à un jeune trader, Jérôme Kerviel, qui lui a valu une perte de 4,9 Mds€.

Démarre alors un feuilleton à rebondissements, dont la démesure restera le principal fil rouge.

Et dont les ingrédients, en attendant la fin de l’instruction, en feront un cas d’école de la communication de crise.