Actualités

Communication de crise – Comment faire face à #BalanceTonPorc


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

crise communication reputation

Communication de crise – Comment faire face à des accusations d’abus sexuel et de harcèlement ? Ce qu’il faut faire et ce qu’il faut éviter de faire.

Communication de crise, mode d’emploi.

Les experts en communication de crise de LaFrenchCom sont les démineurs appelés à la rescousse lorsqu’un scandale explose. Les experts de l’agence spécialisée ont évité le naufrage à de nombreuses entreprises dont les dirigeants ont été injustement accusés d’abus sexuels, ces derniers mois.

Il est assez clair que nous sommes entrés dans une période douloureuse pour de nombreuses personnes impliquées dans des scandales sexuels. Ces derniers mois, les accusations d’abus et de harcèlement sexuel se sont accélérées à un rythme effréné dans les médias comme sur les réseaux sociaux. Un an après le début du mouvement, plusieurs personnalités médiatiques mises en cause par BalanceTonPorc intentent des procès en diffamation contre Sandra Muller, la journaliste à l’initiative de ce mouvement de dénonciation et de stigmatisation.

Les révélations contre Harvey Weinstein ont démontré combien il a été difficile pour les victimes, même pour les femmes les plus puissantes, de se manifester. Cela a changé. Les victimes d’abus sexuels et de harcèlement sont de plus en plus écoutées. Ce vaste mouvement de parole libérée, salvateur pour certains est aussi un grand déballage tous azimuts, inquiétant pour d’autres. Où personnalités publiques et anonymes dénoncent tout, tant des moqueries, des propos sexistes, que des attitudes harcelantes ou des agressions sexuelles graves.

C’est également un défi, du point de vue de la communication de crise, pour des dirigeants réputés, qui ont de belles valeurs mais qui découvrent que leur culture d’entreprise a été déficiente en ne protégeant pas leurs collaborateurs de prédateurs sexuels.

« La tolérance des consommateurs à l’égard des entreprises qui ont des antécédents d’abus sera de plus en plus faible. Ce qui a commencé avec l’Église catholique et d’autres, cachant la vérité et maltraitant ceux qui portaient des accusations d’abus sexuels, s’est étendu à la politique, au sport, au cinéma, à la télévision et cela continuera à s’étendre aux secteurs les plus méconnus. » détaille Florian Silnicki, Expert en communication de crise qui dirige l’agence LaFrenchCom.

Communication de crise : que faire en cas d’accusations d’abus sexuels ou de harcèlement sur internet ou dans la presse ?

Réactivité immédiate

Du point de vue de la communication de crise, la bonne méthodologie pour faire face à des allégations d’abus sexuel en interne :

  • Suspendez immédiatement une personne qui fait l’objet d’une allégation.
  • Enquêtez immédiatement sur les allégations à l’interne.
  • Offrez l’accès au soutien aux personnes qui se disent victimes de violence
  • Avec les organisations de personnes handicapées (où la maltraitance est un problème) et d’autres organisations de soins, les autorités gouvernementales et souvent la police sont contactées à un stade très précoce. Si vous croyez qu’un crime a été commis, il doit être signalé.

L’enquête interne

Dans les grandes entreprises, dans les organisations religieuses ou dans les ONG importantes, une enquête indépendante est importante. Elle apparait toujours aux yeux de l’opinion publique comme la seule capable d’établir la vérité.

Une enquête peut aussi démontrer à tout le monde que les dirigeants traitent les allégations avec le sérieux que l’opinion publique exige désormais.

Votre communication de crise doit démontrer très clairement que vous exigez que les enquêteurs soient farouchement indépendants. N’hésitez pas à désigner par exemple un avocat réputé ou un juge à la retraite.

Avant même les résultats de l’enquête, vous pouvez déjà reconnaître publiquement :

  • La gravité des allégations.
  • Votre volonté de faire la transparence sur les faits qui seront révélés.
  • Votre volonté de sanctionner les auteurs des faits supposés.
  • Le fait que cela n’est pas compatible avec vos valeurs et votre histoire.
  • Votre volonté de voir mis en place les process qui permettent que ces faits ne se reproduisent plus à l’avenir en tirant les leçons de cette crise.

Accusation de viol : ce qu’il ne faut pas faire pour protéger son image et sa réputation

  • Ne vous taisez pas. Pendant des années, les grandes entreprises ont pensé que pour vivre heureuses, elles devaient vivre cachées. Aujourd’hui, il faut parler, même si c’est pour dire qu’on ne sait pas encore tout. Il faut résister à l’envie de défendre sa position à tout prix. Même si l’entreprise n’est pas 100 % coupable, mieux vaut reconnaître ses erreurs ou ses maladresses. On peut en ressortir plus fort.
  • Ne mentez pas ce qui ne signifie pas devoir tout dire. La probabilité qu’un ancien employé sorte du silence et c’en est fini de la crédibilité de l’entreprise mise en cause. Avec Internet, tout finit par se savoir car il y a beaucoup de parties prenantes. Donc, soyez factuel.
  • Ne rétropédalez pas. Ne variez pas dans votre version des faits.
  • Ne minimisez pas. C’est dans les premiers temps que l’on commet des impairs. Il faut résister en ne minimisant pas la gravité d’une situation et bien comprendre tous les enjeux de communication, d’image et de réputation.