Reading:
Comment se refaire une réputation sur Internet en urgence ? Témoignage.

Comment se refaire une réputation sur Internet en urgence ? Témoignage.

by LaFrenchCom
4 novembre 2018

reputation nettoyage

Les nettoyeurs du net peuvent sauver votre eréputation sur internet

Un client de LaFrenchCom, agence spécialisée dans la communication de crise a accepté de témoigner.

Patrick a 33 ans. Depuis trois ans, il occupe un poste à responsabilités dans un établissement financier international. Une situation professionnelle qu’il aurait pu ne jamais connaître. Et pour cause. Des images gênantes le mettant en scène circulaient sur Internet; reliques embarrassantes d’une année d’études aux Etats-Unis.

«Là-bas, j’ai participé à la vie du campus, raconte Patrick. Une fois j’ai été pris en photo alors que nous fêtions généreusement un anniversaire. » A priori, rien de vraiment grave.

Du moins jusqu’à ce qu’il cherche à entrer dans la vie active. «Un jour un recruteur m’a avoué qu’en cherchant mon CV en ligne, il était tombé sur deux clichés de moi en train de festoyer, explique Patrick. Ils figuraient sur un site de partage d’images et j’y étais nommé. Il m’a dit que pour le genre de carrière que je visais cela me porterait préjudice.» En insistant un peu, Patrick est heureusement parvenu à faire retirer les images. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Des professionnels de la réputation

Gênés par des ragots, des textes ou des photos qu’ils ont parfois eux-mêmes mis en ligne, les internautes sont en effet de plus en plus souvent désemparés lorsqu’ils veulent se refaire une virginité numérique. Sans parler de ceux dont la réputation est sciemment ternie ou dont les erreurs du passé restent à jamais dans la mémoire de la Toile. Ce d’autant plus que grâce à des outils en ligne comme 123people.com, spokeo.com, pipl.com ou tout simplement Google, il est devenu très facile de compiler en quelques minutes la vie numérique d’une personne. En somme, recomposer son casier social et professionnel quand ce n’est pas l’orientation sexuelle ou le casier judiciaire.

Face à l’explosion des cas, des sociétés s’assurent désormais que votre vie ne reste pas à perpète sur le Net. C’est le cas de LaFrenchCom, à Paris, qui, parmi ses diverses prestations en communication et gestion de crise, propose la gestion de la réputation sur internet. «Le nombre de ces requêtes a fortement augmenté ces dernières années, explique Florian Silnicki, Président de LaFrenchCom. Qu’il s’agisse de sociétés ou de particuliers. Le pire c’est que parfois des internautes sont complices de leur propre malheur.»

Florian Silnicki donne ainsi quelques exemples concrets sans donner de noms. Comme cette société active dans le paramédical dont un produit avait été critiqué sur un forum spécialisé et qui redoutait un mauvais buzz dans le milieu. Ou encore ce client privé souhaitant que sa mise en examen ne figure plus en si bonne position dans la biographie qui lui était consacrée sur Wikipédia.

Trois étapes cruciales

La première démarche consiste ainsi à faire retirer le contenu qui pose problème, en contactant les responsables de sites. Mais ces derniers ne sont pas toujours joignables ou tout simplement peu coopératifs. «Nous tentons alors à faire disparaître les résultats indésirables des moteurs de recherche comme Google, relève le spécialiste parisien en communication de crise. Mais ce n’est pas toujours possible. Nous cherchons ensuite à cacher les contenus problématiques derrière des éléments positifs sur la personne.» Les internautes ne s’arrêteraient en effet, dans la grande majorité des cas, qu’aux dix premiers résultats qui apparaissent dans Google.

Il faut donc créer de nouveaux contenus positifs cette fois; par exemple sur des plates-formes sociales ou des réseaux professionnels comme Linkedin. Puis, il existe plusieurs outils élaborés qui améliorent le référencement de ces nouvelles informations et les font passer en tête. «Enfin, nous proposons de faire une veille profonde et permanente du Net», conclut Florian Silnicki. Les prestations de suppression des résultats négatifs sur internet coûtent entre 5000 et 50 000 euros, en fonction de la difficulté des cas. Une veille entre 3000 et 15 000 euros.

Dans une moindre mesure, l’internaute peut surveiller lui-même sa réputation, grâce aux alertes Google. Ou en passant régulièrement son nom dans divers moteurs de recherche. «C’est ce que je fais depuis ma mésaventure», assure Patrick.

L’importance de maîtriser son image sur internet

La gestion de la réputation est déjà devenue un business à part entière. Car dans un pays où 90% des gens à la recherche d’un emploi postulent par Internet, une étude récente a révélé que la moitié d’entre eux n’étaient pas retenus à cause d’une mauvaise réputation virtuelle.

De plus, des cabinets pratiquent désormais ce que l’on appelle le recrutement 2. 0; c’est-à-dire que les chasseurs de têtes cherchent de futurs cadres directement sur les réseaux sociaux et les blogs. Spécialistes en la matière, les Français commencent à faire des émules. Dans ce contexte, pas étonnant que des nettoyeurs du Net comme LaFrenchCom prolifèrent rapidement.

«Nous avons des directeurs d’entreprises qui sont prêts à mettre plus de 20 000 euros par mois, afin d’avoir un contrôle quasi total sur les résultats obtenus dans tous les moteurs de recherche.» Et à Florian Silnicki de conclure: «Je pense sincèrement que la demande va croître fortement, sachant notamment que les usurpations d’identité son de plus en plus fréquentes sur le Web.»

Mais au final, tous les nettoyeurs du web, ces experts en eréputation, s’accordent sur un point: la meilleure solution reste encore de tourner sept fois sa souris dans sa main avant de publier du contenu personnel sur Internet.

Related Stories

21 novembre 2005

La défiance des Français face aux risques

facebook crise
28 septembre 2018

La crise de réputation de Facebook

Arrow-up