Astreinte de crise 24h/24 7j/7

Sous-marin disparu près du Titanic – La crise OceanGateFAQSous-marin disparu près du Titanic – La crise OceanGate

Sous-marin disparu près du Titanic – La crise OceanGate

oceangate-sous-marin-titan

oceangate-sous-marin-titan

Propos préliminaire : C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris la disparition du submersible d’OceanGate au fond de l’océan. Nos pensées vont aux familles des victimes qui ont fait face à une angoisse insoutenable et qui sont aujourd’hui dans la douleur. 

Comment vos déclarations peuvent revenir vous hanter lors d’une crise

Il est souvent dit que « les paroles s’envolent, les écrits restent ». Cependant, à l’ère du numérique, même les paroles peuvent avoir une durée de vie surprenante et, parfois, inopportune. En particulier pour les entrepreneurs et dirigeants d’entreprise, chaque déclaration, même faite dans un contexte détendu, peut avoir des conséquences majeures, surtout en temps de crise.

Le spectre de déclarations passées maladroites

Le récent événement impliquant le sous-marin de l’entreprise dirigée par Stockton Rush nous offre un exemple parfait de cette réalité. Alors que son sous-marin est actuellement perdu au fond de l’océan, une déclaration passée de M. Rush est revenue hanter son entreprise en crise, alors qu’il est lui-même prisonnier du submersible : « À un moment donné, la sécurité n’est qu’un pur gâchis« . Cette phrase excessive, probablement dite sur le ton de l’exagération, est aujourd’hui perçue comme la preuve manifeste et cynique d’un manque d’anticipation critique de la sécurité de ses expéditions et de prévention élémentaires des risques.

Conséquences d’une déclaration malheureuse

Les déclarations de M. Rush sont actuellement scrutées, analysées et critiquées au regard de la crise que nous vivons aujourd’hui, révélant à quel point une simple phrase peut se transformer en tempête médiatique en période de crise. Sa réputation personnelle et celle de son entreprise sont désormais liées à ces déclarations maladroites qui peuvent être interprétées comme des signes coupables de négligence avec les conséquences juridiques que cela comporte. En outre, la confiance des clients, des investisseurs et du grand public dans l’entreprise peut être sérieusement affectée.

Chaque parole compte, surtout lorsqu’on est à la tête d’une entreprise. Une déclaration malheureuse peut se transformer en un handicap majeur lorsqu’une crise survient. En tant qu’entrepreneurs, restez prudents, prévoyants et responsables dans votre communication.

Stockton Rush

Du Scandale Andersen à la crise OceanGate : Quand la Confiance S’effondre

L’histoire est peuplée de sociétés jadis florissantes qui ont vu leur réputation et leur succès s’évaporer en raison de scandales ou de crises mal gérées. L’exemple notable d’Andersen, la célèbre société d’audit laisse présager ce que pourrait devenir OceanGate, cette société américaine privée qui fournit les submersibles aujourd’hui autant pointés du doigt par d’anciens salariés que par d’anciens clients.

Le scandale Andersen : la confiance trahie

Andersen était une des cinq plus grandes sociétés d’audit et de conseil du monde, respectée pour sa rigueur et son professionnalisme. Cependant, lorsque le scandale Enron a éclaté, révélant que Andersen avait non seulement manqué des fraudes massives mais avait également participé à leur dissimulation, la confiance envers la société s’est immédiatement effondrée. Le rôle d’Andersen était de certifier les comptes, d’apporter une assurance quant à leur exactitude. Andersen était un label de confiance. La découverte de sa complicité dans la fraude a été un choc pour le monde des affaires. En conséquence, les clients ont brutalement et massivement fui et la société a été contrainte de fermer ses portes.

Le cas OceanGate : la sécurité négligée

OceanGate, bien que opérant dans un domaine totalement différent, fait face à une crise de confiance similaire. Suite à l’incident malheureux où l’un de ses submersibles se retrouve perdu au fond de l’océan, la confiance en la société s’est brutalement considérablement érodée. La déclaration du PDG, Stockton Rush, selon laquelle « À un moment donné, la sécurité n’est qu’un pur gâchis« , a ajouté de l’huile sur le feu, suggérant un manque d’anticipation et de sérieux face à la sécurité de ses expéditions.

La question qui se pose est la suivante : comment peut-on faire confiance à une entreprise qui n’a pas pris en compte la nécessité fondamentale de faire remonter son appareil en cas de défaillance à de telles profondeurs ? Cette situation rappelle étrangement le cas Andersen où l’entreprise a failli à sa mission fondamentale de certification des comptes.

Rétablir la confiance : une tâche ardue

Dans les deux cas, la confiance a été trahie : Andersen a failli à sa responsabilité d’audit, et OceanGate semble avoir négligé la sécurité de ses riches passagers.

Le parallèle entre ces deux sociétés souligne une réalité importante dans le monde des affaires : la confiance est un atout précieux qui peut prendre des années à construire, mais qui peut être détruit en un instant. Il est essentiel pour les entreprises de comprendre et de montrer quelles ont à la hauteur de leurs responsabilités et de la confiance accordée par leurs clients, leurs investisseurs et le public en général. Sinon, elles risquent de connaître le même sort qu’Andersen…

Tout ce que vous direz pourra et sera retenu contre vous au moment d’une crise

Il est essentiel de reconnaître le pouvoir des mots en période de crise. Les paroles prononcées, surtout si elles sont maladroites, peuvent alimenter la polémique et faire plus de mal que de bien.

L’impact des déclarations maladroites

Une déclaration maladroite, surtout si elle est faite par une personne en position de pouvoir ou de responsabilité, peut avoir un effet dévastateur sur la perception du public. Dans le cas de M. Rush, sa déclaration donne l’impression qu’il ne valorise pas la sécurité, ce qui est particulièrement préjudiciable étant donné les circonstances actuelles.

Il est essentiel que les dirigeants d’entreprise comprennent que chaque mot compte en temps normal car cela prépare les temps de crise. Une déclaration malheureuse saura nécessairement retenue et utilisée contre eux dans les médias et sur les réseaux sociaux au coeur d’une crise, dégradant la confiance du public et aggravant la situation. Pour éviter cela, ils devraient :

  • Prévoir : Avoir un plan de communication en cas de crise qui stipule clairement qui doit communiquer, quand et comment.
  • Précision : Être précis et clair dans leur communication pour éviter tout malentendu. Cela inclut de s’assurer que leur message est cohérent et aligné sur les valeurs de l’entreprise.
  • Empathie : Exprimer de l’empathie envers ceux qui sont affectés par la crise. Cela peut aider à humaniser l’entreprise et à établir un lien avec le public.
  • Transparence : Fournir des informations régulières et précises sur la situation, ce qui peut contribuer à réduire l’incertitude et à rétablir la confiance.

Les dirigeants doivent toujours être conscients de l’impact potentiel de leurs déclarations dans les médias comme sur les réseaux sociaux.