FAQ

Les médias ne sont ni vos ennemis, ni vos amis.


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

Questions :

« J’ai récemment traversé une crise médiatique et une crise sur internet. Les journalistes et les réseaux sociaux m’ont pourri la vie, ont abimé l’image de mon entreprise auprès de mes clients et ont tué ma réputation en me dénigrant et en me diffamant à partir de fakenews massivement relayées par des concurrents. Pourquoi ne pas dire clairement que les journalistes et les réseaux sociaux sont les ennemis des chefs d’entreprises ? »

Réponse :

Les médias ne sont ni vos ennemis, ni vos amis.

Avec leur agence de communication de crise, les chefs d’entreprise qui traversent la crise ont avantage à parler aux médias et à répondre aux journalistes ou aux publications sur les réseaux sociaux.

Pour un chef d’entreprise, collaborer avec les médias permet de faire connaître son produit et sa société à un large public, à peu de frais. La relation sera d’autant plus fructueuse que l’organisation connaît les médias et leur mode de fonctionnement.

Florian Silnicki, le Président de l’agence LaFrenchCom, donne régulièrement sur son site personnel la recette à suivre pour savoir comment parler efficacement aux médias.

L’univers médiatique est mouvant. Une agence de communication peut vous aider à mettre sur pieds une stratégie de communication efficace pour réussir à attirer l’attention des médias sur vous. Elle peut également vous livrer ses conseils, ses trucs et astuces pour que l’échange médiatique soit couronné de succès et que les journalistes vous fassent gratuitement de la publicité en vous mentionnant dans leurs articles. D’où l’importance de bonnes relations presse.

Nous recommandons par ailleurs à nos clients d’évaluer, sur une échelle de 1 à 10, le plaisir qu’on retire d’une interview avec un journaliste. Accorder une bonne interview et vous y trouverez du plaisir. Avant l’enregistrement, vous aurez des frétillements. Le plateau de télé ou l’interview du journaliste n’est pas une salle de torture. Nous savons que les entrepreneurs ne sont pas des hommes de spectacle. Comme chef d’entreprise, le monde médiatique n’est pas le cadre dans lequel on est habitué d’évoluer.

Un chef d’entreprise a pourtant sa place dans les médias pour valoriser son entreprise, son parcours, ses produits, ses services et ses marques y compris pour ses faire entendre pendant une crise.

On parle ces temps-ci de crise financière suite à la crise sanitaire du coronavirus covid19. On entends dire que l’industrie éprouve des difficultés. Si on invite un entrepreneur qui a les deux pieds dedans et qu’il dit : « Je vais vous expliquer à quoi ressemblent mes problèmes, mon dilemme de vouloir continuer à travailler sans savoir ce qui m’attend et peut-être un jour mettre des employés à pied; regardez comment ça se passe chez nous », c’est efficace. Une telle émission touche des gens qui ne regardent pas nécessairement les JT ou les chaines d’informations en continue.

Les entrepreneurs ont à gagner un avantage immédiat pour eux ou pour leur entreprise. Il y a un concept qui s’appelle l’opinion publique. Avoir la faveur de l’opinion publique n’est pas une mauvaise chose, surtout quand cette opinion gagne du terrain. Par exemple, le gouvernement sera enclin à aider un secteur particulier de l’économie s’il constate que c’est ce que souhaite l’opinion publique. Il n’y a pas de garantie, mais il est certain que, si on n’en parle pas, il ne se passera rien. Ça peut être aussi des avantages à plus long terme. Si personne ne vous connaît, comment pensez-vous séduire les jeunes dont vous avez besoin pour qu’ils sautent dans votre bateau ?

L’erreur la plus fréquente commise par les entrepreneurs à l’égard des médias ? Ils sont trop guindés, trop fuyants, et ils parlent une langue de bois jargonneuse incompréhensible par le grand public. Ils voient au départ les médias comme des antagonistes ou, à l’inverse, comme des amis. Or, les médias ne sont ni des amis ni des ennemis. Ils sont la courroie de transmission d’un message d’un émetteur vers un récepteur. Si on ne parle pas à son voisin, on ne se comprendra jamais. La première attitude est à tout le moins d’essayer.

Un exemple récent en tête de l’un de vos clients efficaces face à la crise ?

Pour un exemple récent, je pense à un cartel d’industriels qui a été récemment condamné pour avoir manipulé les prix après une entente illégale. Le lendemain matin, leur porte-parole qui avait suivi un médiatraining, a un message à passer, qu’il a martelé : « Ce n’est pas parce qu’il y a des meurtres à Paris que tous les Parisiens sont des meurtriers. Ce n’est pas parce qu’il y a des gens qui trichent dans le milieu industriel que tous ceux qui sont dans ce milieu sont des tricheurs.« 

Ce client s’est fait secoué par le journaliste et les auditeurs de l’émission ce matin-là, mais il ne s’est pas défilé. Les meilleurs avec les médias sont généralement ceux qui demeurent les plus accessibles et les plus authentiques.