AccueilFAQElections : les marchés au coeur de la communication politique

Elections : les marchés au coeur de la communication politique

marches

Le marché c’est le véritable tribune du peuple, est l’endroit où la politique reprend ses droits au quotidien, en direct et sans filtre. Éviter le marché, c’est non seulement manquer la rencontre avec le cœur battant de la France mais laisser penser que, comme candidat, on se voile la face devant la réalité du terrain. Sur les étals des marchés, la démocratie s’écrit et se vit, transformant les slogans en dialogues et les promesses en engagements concrets, chacun y allant de ses préoccupations quotidiennes.

Sur un marché, le politique descend de son piédestal et se retrouve à égalité avec les Français, face à face, avec moins d’artifice. Ici, la hiérarchie s’efface, et le candidat n’est plus (ou moins) une figure lointaine derrière des écrans ou des podiums, mais un interlocuteur direct, accessible et humain. Le marché, c’est l’arène où le politique est jugé à la même enseigne que n’importe quel citoyen par n’importe quel citoyen, où chaque question, chaque regard, chaque poignée de main devient un moment de vérité. Sur les étals, les discours ne sont plus des monologues, mais des dialogues sincères et des échanges réels sur les problèmes du quotidien sur lesquels les politiques ont tant de mal à convaincre les français qu’ils ont une capacité à changer le cours des choses.

La proximité n’est pas feinte, elle est imposée par l’environnement, sur un marché. Les Français peuvent toucher, interroger, contredire et surtout voir l’homme ou la femme derrière le costume. Dans cet espace, le respect se gagne à la sueur du front, et la confiance se forge dans la sincérité des échanges, la capacité à montrer qu’on met ses tripes dans l’échanges, du coeur.

Le marché nivelle les positions, rappelant à chaque candidat aux législatives que leur pouvoir émane de la légitimité accordée par ces rencontres directes, souvent plus brutes et authentiques qu’à l’assemblée nationale ou sur un plateau TV.

Chaque poignée de main vaut plus qu’un tweet, chaque rencontre est une promesse de proximité et de vérité, chacune étant mise en scène, photographiée ou découpée en séquences vidéo afin de servir la visibilité médiatique ou la notoriété digitale.

Les marchés, partout en France, avec un coté « pagnolesque », sont à l’image de Rungis pour la présidentielle, le temple de la France qui se lève tôt, est le passage obligé pour tout candidat sérieux ; y aller, c’est honorer la sueur de ceux qui nourrissent la nation et qui sont l’incarnation de nombreuses difficultés (et donc des motivations électorales qu’elles soustendent) le pouvoir d’achat, l’origine des produits, le bio ou pas, le vegan ou pas…. C’est le baptême du feu pour ceux qui aspirent à diriger politiquement le pays, un rendez-vous incontournable des présidentielles où se forge la crédibilité. Les marchés, c’est la politique à hauteur d’homme, un miroir de la société où chaque voix compte et chaque mot pèse. Refuser de s’y rendre, c’est fuir le réel, alors que c’est là, dans cet Agora moderne, que la proximité n’est pas un concept, mais une réalité palpable, une véritable confrontation avec le pouls de la nation.

1/ Les candidats aux législatives sont nombreux à se rendre sur les marchés pour convaincre les électeurs. Est-ce une étape incontournable de la campagne électorale ? Est-ce spécifique aux campagnes législatives, ou est-ce partagé avec les campagnes municipales, nationales, européennes ?

Les marchés, symboles vivants de la démocratie de proximité, sont devenus des passages obligés pour les candidats aux élections en France. Que ce soit pour les législatives, les municipales, les nationales ou les européennes, ces lieux de vie et de rencontre revêtent une importance capitale dans toute stratégie électorale sérieuse. Cette étape incontournable, qui n’est en rien spécifique aux campagnes législatives, est partagée par toutes les autres formes de campagnes électorales.

Historiquement, les marchés ont toujours été des lieux de rassemblement, d’échange et de débat. On peut remonter jusqu’à l’Antiquité, où les agoras grecques servaient de forums de discussion pour les citoyens. En France, depuis la Révolution, les places de marché ont conservé cette fonction de carrefour social. Sous la Troisième République, les marchés étaient des lieux privilégiés pour les discours politiques et les rencontres citoyennes. C’est dans ces espaces que les citoyens échangeaient des idées, discutaient des événements et partageaient leurs opinions politiques.

La campagne électorale moderne n’a pas dérogé à cette tradition. Les marchés sont vus comme des lieux où le candidat peut se frotter directement à la réalité du terrain. Là, le discours n’est pas aseptisé par les médias, il est brut et direct. Le candidat peut y tester son discours, ses idées, et voir immédiatement les réactions des électeurs. Cet échange direct permet une communication authentique et sans filtre, qui est d’autant plus précieuse dans une époque où la méfiance envers les médias et les politiciens est forte.

Les campagnes municipales, par exemple, nécessitent une approche locale très marquée. Les candidats doivent montrer qu’ils sont proches de leurs concitoyens, qu’ils comprennent leurs préoccupations quotidiennes et qu’ils soutiennent les acteurs locaux en y faisant leurs courses. Le marché, dans ce contexte, devient le lieu idéal pour cette démonstration de proximité. Les élections nationales, bien que d’une autre envergure, bénéficient également de ce contact direct avec les électeurs. Même à une échelle plus vaste, les candidats nationaux savent qu’une présence sur le terrain, parmi les citoyens, renforce leur crédibilité et leur légitimité.

Les élections européennes, souvent perçues comme éloignées des préoccupations quotidiennes des citoyens, trouvent aussi dans les marchés un moyen de reconnecter avec l’électorat. En discutant avec les gens sur les marchés, les candidats peuvent démystifier les enjeux européens et les rendre plus tangibles pour les électeurs. Cette proximité permet de lutter contre l’abstention, souvent élevée lors des élections européennes, en rendant ces élections plus concrètes et plus proches des citoyens : la taille de la carrotte, la définition du bio, les frontières européennes, le contrôle sanitaire des produits alimentaires, etc…

Un passage obligé dans toutes les campagnes présidentielles françaises est la visite au marché de Rungis, le plus grand marché de produits frais au monde. Rungis, c’est le sanctuaire des producteurs et des travailleurs de l’aube, une véritable ruche où se croisent les destins de la France qui se lève tôt. Rungis, c’est la quintessence du marché français, le temple où se rencontrent producteurs, grossistes et commerçants. Aller à Rungis, c’est montrer que l’on comprend les rouages de l’économie réelle, que l’on respecte et soutient ceux qui nourrissent la nation. Chaque candidat à la présidentielle sait que se rendre à Rungis est non seulement un honneur mais aussi une étape stratégique pour toucher le cœur du peuple français. Ce marché symbolise la vitalité et la diversité de l’agriculture française, et y être vu c’est prouver son engagement auprès de ceux qui travaillent dur pour que notre pays prospère.

En somme, les marchés sont incontournables pour toutes les campagnes électorales en France, qu’il s’agisse des législatives, des municipales, des nationales ou des européennes. Ils incarnent la démocratie de proximité et permettent un échange direct et authentique entre les candidats et les électeurs.

2/ Comment expliquer que le marché soit un lieu autant apprécié par les candidats ?

Le marché est apprécié par les candidats pour plusieurs raisons fondamentales. D’abord, il représente un microcosme (au sens positif) de la société. C’est un lieu où se retrouvent toutes les couches sociales, où se croisent jeunes et vieux, actifs et retraités, urbains et ruraux. En se rendant sur les marchés, les candidats ont la possibilité de toucher une large diversité d’électeurs en un seul endroit. Cette diversité est précieuse car elle permet aux candidats de recueillir une multitude de points de vue et de préoccupations, ce qui enrichit leur discours et leur programme.

Ensuite, les marchés offrent un cadre informel et convivial. Contrairement aux meetings politiques ou aux apparitions médiatiques, les marchés permettent des échanges spontanés et directs. Les électeurs se sentent plus à l’aise pour poser des questions, exprimer leurs opinions et discuter librement. Pour les candidats, c’est l’occasion de montrer leur humanité, leur accessibilité et leur capacité à écouter. Cette dimension de proximité et de simplicité est essentielle pour créer un lien de confiance avec les électeurs.

De plus, les marchés sont des lieux de forte visibilité. Ils attirent de nombreuses personnes, surtout lors des jours de grande affluence. Pour un candidat, être présent sur un marché bien fréquenté, c’est l’assurance d’être vu et entendu par un grand nombre de personnes. Un marché c’est un mini meeting permanent. Cela permet aussi de bénéficier d’une couverture médiatique locale, les journalistes de la PQR étant souvent présents pour couvrir les campagnes électorales et faire découvrir les candidats et leurs offres électorales. Cette visibilité est cruciale pour accroître la notoriété du candidat et diffuser largement son message.

Historiquement, les marchés ont toujours été des lieux de vie et de rencontre. Sous l’Ancien Régime, les foires et les marchés étaient des événements majeurs où se déroulaient des échanges commerciaux, mais aussi des discussions politiques et sociales. Durant la Révolution française, les marchés étaient des espaces de mobilisation populaire, où les idées révolutionnaires se diffusaient et où les citoyens débattaient des changements en cours. Cette tradition de débat et d’échange s’est perpétuée au fil des siècles, faisant des marchés des lieux naturellement propices à la communication politique.

Enfin, le marché permet aux candidats de se confronter directement aux préoccupations des citoyens. En écoutant les doléances, les critiques et les attentes des électeurs, les candidats peuvent ajuster leur discours et leur programme en temps réel. Cette capacité d’adaptation est précieuse dans une campagne électorale, où la réactivité et la pertinence des propositions sont déterminantes. Les marchés offrent cette possibilité de retour direct et immédiat, ce qui en fait des lieux particulièrement appréciés des candidats.

3/ En tant que spécialiste de la communication politique, conseillez-vous à vos clients de participer à des marchés ? Si oui, comment les sélectionnez-vous ? Y a-t-il des marchés à éviter ou à privilégier (selon tendance politique, résultats aux votes…)

Oui, en tant que spécialiste de la communication politique, je conseille vivement à mes clients de participer aux marchés de leur circonscroption électorale. Cependant, cette participation doit être stratégique et bien planifiée. Tous les marchés ne se valent pas et il est crucial de sélectionner ceux qui auront le plus d’impact sur la campagne.

La sélection des marchés dépend de plusieurs critères. D’abord, le profil démographique des électeurs. Il est essentiel de choisir des marchés où le public correspond à la base électorale que l’on souhaite toucher. Par exemple, pour un candidat de gauche, les marchés populaires et ouvriers seront privilégiés. Pour un candidat écologiste, les marchés bio et les foires artisanale locales axées sur le développement durable seront plus pertinents. Pour un candidat de droite, les marchés dans des zones plus bourgeoises ou des quartiers d’affaires seront stratégiques.

Ensuite, il faut prendre en compte la taille et la fréquentation du marché. Les marchés de grande envergure, qui attirent beaucoup de monde, offrent une visibilité maximale. Cependant, ils peuvent aussi être plus difficiles à gérer en termes de logistique et de sécurité. Les marchés de taille moyenne, bien que moins fréquentés, permettent des échanges plus approfondis et personnalisés avec les électeurs. La stratégie doit donc être adaptée en fonction des objectifs de la campagne et des ressources disponibles.

La stratégie sur place est tout aussi importante. En général, je conseille à mes clients de se déplacer sur le marché, de ne pas rester statiques. Cela permet de rencontrer un maximum de personnes et de montrer une image de dynamisme et de proximité. Il est également crucial de bien organiser la visite, en s’assurant de couvrir les différentes zones du marché de manière efficace.

Si un rival est présent sur le même marché, il est souvent préférable de garder une certaine distance pour éviter les confrontations stériles. Cependant, il peut aussi être intéressant, dans certains cas, de provoquer une confrontation contrôlée, surtout si le candidat est à l’aise dans le débat et capable de sortir vainqueur de l’échange. Cela dépend beaucoup du contexte et de la personnalité du candidat.

Enfin, il est important de préparer le candidat aux différentes situations qu’il pourra rencontrer sur le marché. Cela inclut des réponses aux questions courantes, mais aussi des stratégies pour gérer les critiques ou les confrontations. Une bonne préparation permet de transformer chaque interaction en opportunité de convaincre et de renforcer la crédibilité du candidat.

4/ Une question sur l’efficacité. Sur ces marchés, les candidats parviennent-ils vraiment à convaincre des électeurs de voter pour eux ?

L’efficacité des marchés en tant qu’outil de campagne électorale est souvent débattue entre experts en communication, mais il est indéniable qu’ils jouent un rôle crucial dans la dynamique de la campagne. Sur un marché, les candidats peuvent effectivement convaincre des électeurs, mais l’impact ne se mesure pas uniquement en termes de conversion directe de voix. Il s’agit aussi de l’image, de la présence et de la proximité avec les citoyens.

Les marchés permettent de toucher des électeurs qui ne sont pas forcément présents sur les réseaux sociaux ou qui ne participent pas aux meetings politiques. Ce contact direct et physique a une valeur inestimable. Lorsqu’un électeur rencontre un candidat en personne, cela crée un lien émotionnel et une impression durable. Cette rencontre peut influencer l’électeur non seulement par le discours du candidat, mais aussi par sa personnalité, son charisme et sa capacité à écouter et répondre aux préoccupations.

L’impact sur l’image du candidat est également significatif. Être vu sur les marchés, en train de discuter avec les citoyens, renforce l’image d’un candidat accessible, proche du peuple et à l’écoute. C’est une image puissante, surtout dans une époque où la distance entre les politiciens et les citoyens est souvent perçue comme un problème. Le candidat qui se rend sur les marchés montre qu’il n’a pas peur de se confronter directement aux réalités du terrain et aux critiques.

À l’heure des réseaux sociaux, on pourrait penser que poster un tweet peut être plus efficace en termes de portée. Il est vrai qu’un tweet peut toucher des milliers de personnes en un instant. Cependant, l’impact d’un tweet est souvent éphémère et ne crée pas le même lien émotionnel qu’une rencontre en personne. Le souvenir compte dans le vote. Finalement, le cerveau autant que le coeur est touché sur le marché. Les réseaux sociaux et les marchés doivent être vus comme complémentaires. Les réseaux sociaux permettent de diffuser largement les idées et les propositions, tandis que les marchés permettent de créer un lien humain et de donner de la chair à ces idées.

De plus, les marchés offrent une opportunité unique pour les candidats de recevoir un retour direct sur leur programme et leurs propositions. En écoutant les questions, les critiques et les suggestions des électeurs, les candidats peuvent ajuster leur discours et leur stratégie en temps réel. Cette capacité d’adaptation est précieuse et montre un candidat réactif et à l’écoute.

les marchés sont un outil efficace pour convaincre des électeurs, renforcer l’image du candidat et ajuster la stratégie de campagne en fonction des retours directs des citoyens. Ils complètent les autres outils de communication, notamment les réseaux sociaux, en ajoutant une dimension humaine et authentique à la campagne.

5/ Les marchés, arène politique en période électorale : savez-vous s’il s’agit d’une spécificité française ? est-ce ancré dans notre histoire ?

Les marchés comme arènes politiques ne sont pas une spécificité exclusivement française, mais ils ont une place particulière dans l’histoire et la culture politique de la France. La tradition des marchés comme lieux de rencontre et de débat remonte à l’Antiquité, mais elle a pris une forme spécifique en France au fil des siècles.

Sous l’Ancien Régime, les foires et les marchés étaient des événements majeurs où les échanges commerciaux se mêlaient aux discussions politiques et sociales. Les marchés étaient des lieux de vie où les informations circulaient et où les idées se débattaient. Cette tradition s’est intensifiée pendant la Révolution française, où les places publiques, y compris les marchés, sont devenues des espaces de mobilisation populaire. Les idées révolutionnaires se diffusaient à travers les discours, les pamphlets et les discussions qui se tenaient sur les marchés.

Sous la Troisième République, les marchés ont continué à jouer un rôle important dans la vie politique. Les politiciens de l’époque, comme Léon Gambetta, utilisaient les marchés pour s’adresser directement aux citoyens, échanger des idées et mobiliser le soutien populaire. Cette tradition de contact direct avec les électeurs s’est perpétuée au fil des régimes et des époques.

Dans la France moderne, les marchés restent des lieux symboliques de la démocratie de proximité. Ils incarnent l’idée de la politique au plus près des citoyens, loin des institutions et des discours officiels. Les marchés permettent aux candidats de montrer qu’ils sont proches des préoccupations quotidiennes des électeurs, qu’ils comprennent leurs réalités et qu’ils sont prêts à écouter et à répondre à leurs attentes.

D’un point de vue culturel, les marchés font partie de l’art de vivre à la française. Ils sont associés à la convivialité, à la diversité et à la richesse des échanges. Cette dimension culturelle renforce leur importance en tant que lieux de rencontre et de débat politique. En participant aux marchés, les candidats s’inscrivent dans une tradition séculaire de contact direct et de dialogue avec les citoyens.

Cependant, il est intéressant de noter que d’autres pays ont également des traditions similaires. En Italie, les marchés sont aussi des lieux de rencontre importants pour les politiciens. Aux États-Unis, les town halls et les réunions publiques jouent un rôle similaire en permettant aux candidats de rencontrer directement les électeurs. Chaque culture politique a ses propres spécificités, mais le principe de la rencontre directe avec les citoyens reste un élément commun.

Le marché est un symbole puissant de l’économie réelle et du lien entre production et consommation. Chaque candidat aux législatives se doit d’y faire une apparition, une sorte de pèlerinage électoral. C’est là que le « feeling » avec la France qui travaille et nourrit le pays se joue. Être vu à Rungis, c’est montrer que l’on respecte et comprend l’importance de cette chaîne humaine et économique vitale.

En conclusion, les marchés en France sont selon moi des arènes politiques incontournables qui rappelle que la passion de la politique ne fait pas partie des qualificatifs attribués aux Françaises et aux Français par hasard. Les débats acharnés qui se déroulent sur les marchés autour des candidats aux législatives nous le rappellent et nous montrent une france assez éloignée de la fatigue démocratique parfois décrite par le passé.

Face à une crise ?
Ne restez pas seul.

Suivez-nous

Nous contacter

LaFrenchCom est, une nouvelle fois en 2023, désignée parmi les meilleures agences de communication de crise de France.