FAQ

Comment faire quand on ne sait plus parler à ses collaborateurs dans l’entreprise ?


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

Question : 

« En tant qu’agence de gestion de crise à Paris, l’un de vos conseillers en communication de crise peut-il m’indiquer ce qu’il recommande quand dans l’entreprise on n’arrive plus à parler à ses collaborateurs ?« 

Réponse : 

Notre cabinet de gestion de crise est souvent appelé par des clients pour un déblocage des situations conflictuelles en entreprise.

Surmonter les difficultés de communication dans les équipes censées coopérer ensemble, débloquer les situations potentiellement conflictuelles… Tel est le positionnement choisi par notre agence de Communication de crise LaFrenchCom pour sa formation « communiquer face à un public hostile en interne comme en externe ».

La méthode d’approche choisie ? Les théories de la communication de l’école de Palo Alto. Les entreprises clientes ? Plusieurs références de pointe comme Lafarge, Danone, Fram, ou Calberson. Les donneurs d’ordres ? Les directeurs généraux et cadres dirigeants qui ne parviennent plus à « faire passer le message » auprès de leurs collaborateurs dans l’entreprise.

Le changement est souvent générateur de crises. L’humain est un facteur essentiel des crises. Nos consultants dans la conduite du changement face aux crises, se considèrent comme des débloqueurs de situations bloquées et interviennent au moment précis où les décideurs dans les entreprises se rendent compte qu’ils ont accompli des efforts en vain pour surmonter les conflits et les résistances au sein des équipes en place. Nous sommes là pour anticiper les crises et déminer les situations sensibles.

Notre équipe d’experts des crises travaille depuis 2014 auprès des organisations publiques et privées pour leur insuffler de la souplesse dans les périodes d’extrême tension entre les individus, les équipes ou les services afin d’éviter les crises qui peuvent durablement entraver l’activité de l’entreprise en s’étalant dans les médias et sur internet.

Positionnée sur un créneau très spécifique du consulting et de la formation sur les problèmes liés au management des individus et des équipes, notre équipe de formation et d’accompagnement au déblocage des situations difficiles s’appuie sur une modélisation bien particulière: l’approche systématique et les techniques d’études des processus de communication mises en point par l’école de Palo Alto, en Californie.

Tous les consultants qui prennent en charge des missions pour le compte de l’agence de communication de crise LaFrenchCom, doivent souscrire à cette approche et bien sûr avoir suivi un cursus ad hoc dans la gestion de crise. Le reste est affaire d’adaptation aux besoins exprimés par les donneurs d’ordres qui appartiennent au management supérieur, comme la direction générale, la DAF ou bien les directions de business units.

Dans son approche, LaFrenchCom se fixe, à l’avance, un cadre temporel strict. Déterminer à l’avance, en liaison avec le client, un nombre précis d’interventions, est un bon garde-fou pour le consultant. C’est également une façon de rassurer les donneurs d’ordres qui redoutent toujours les missions à rallonge. Dans la majorité des cas, si au bout de 10 séances aucune évolution tangible n’a été observée, par exemple une amélioration du climat social et de la communication dans une équipe, l’équipe de gestion de crise fait un sérieux debriefing avec le client afin d’identifier les points de blocage et décider d’une action adaptée.

Bref, pas question de s’enfermer dans une remise à plat des méthodes de travail du management, longue, voire hors sujet, par rapport aux problématiques identifiées au départ.

En général, un progrès significatif est accompli avec des missions entre 3 et 7 séances généralement étalées de 3 à 6 mois, détaille l’agence en gestion de crise à Paris régulièrement appelée au secours par des entreprises qui voient leurs équipes s’affronter de plus en plus souvent en interne. Dans tout projet d’accompagnement collectif, l’équipe commence par établir ce qu’elle appelle un ‘audit interactionnel’ afin de repérer les habitudes de fonctionnement qui expliquent, partiellement ou en totalité, les blocages interpersonnels. Cette phase préalable se fait chez le client et là, l’équipe demande à avoir les coudées franches pour se faire son opinion. La complaisance n’est pas de mise dans le travail des consultants. Quand une situation est bloquée, il faut comprendre vite pour agir vite. C’est la clé de la réussite.

En lien avec le directeur général de l’exploitation d’un groupe de résidences séniors, LaFrenchCom a par exemple mis en place une formation (sur 3 jours) à la gestion des conflits auprès des directeurs de maison de retraite et d’établissement, soit 100 personnes au total.

L’action du cabinet a permis au groupe de réduire son turn-over alors que dans ce type d’activité, personnels soignants et non soignants sont très sollicités par les différents employeurs potentiels.

Autre sujet sur un autre marché, avec Calberson. Cette entreprise avait demandé à l’agence de gestion de crise d’évaluer l’intérêt d’un projet de réorganisation de filiale par l’ensemble du personnel. Une série d’entretiens a permis à l’agence de gestion de crise de faire ressortir et d’analyser les difficultés récurrentes dans les relations entre individus par rapport à ce projet de refonte organisationnelle. Par la suite, un accompagnement individualisé du chef d’agence a facilité la réussite du chantier engagé. Là aussi, l’agence de gestion de crise à Paris a dû lever de nombreux points de blocage.

A l’heure où les grandes organisations comprennent l’intérêt du travail authentiquement collaboratif, c’est-à-dire où les échanges de savoir faire et de compétences sont réellement mis en oeuvre, l’activité de LaFrenchCom connaît un fort développement. 

Une adaptation au conseil en management des théories de Palo Alto. L’équipe de l’agence de gestion de crise à Paris s’est également formée à la résolution des conflits professionnels, auprès de l’Institut Gregory Bateson (IGB) de Liège.