FAQ - Communication de crise

La communication de crise face à la « psychose »

bioterrorisme

Alerte au Bioterrorisme

Covid-19, Variole du singe et maintenant « Grippe de la tomate »… ces virus font la une de la communication grand public.

L’agence LaFrenchCom, spécialisée dans la gestion de crise, constate que, dans les médias comme sur les réseaux sociaux, la thématique générale insiste sur la notion de « psychose » plus que sur la réalité de ces maladies. Qui est à risque? Permettre à chacun d’en savoir plus sur la prévention, les symptômes et les traitements.

Comme face au COVID, les dirigeants français ont été critiqués pour la lenteur de la campagne de vaccination contre la Variole. Critique sur la lenteur et sur la transparence. Le ministre de la Santé François Braun avait, en effet, refusé de donner le nombre de doses de vaccin disponibles dans le pays, se contentant de déclarer qu’il disposait d’un « stock très conséquent » sans dévoiler le chiffre exact, classé secret défense à cause du risque bactérioterroriste. 

Crises sanitaires : les dirigeants ne sont pas prêts à faire face

Déjà courant 2022, les conditions du retrait brutal de plusieurs médicaments nous avaient fait demander que soit mises en place, avec les professionnels de santé libéraux de proximité, et au premier chef les médecins généralistes et les pharmaciens d’officine sans oublier les infirmiers à domicile, les voies et moyens d’une information continue et régulière en terme de sécurité sanitaire, afin que la gestion des événements de crises, appelés à se répéter, soient au plus près de la réalité et de limiter, autant que faire se peut, les « effets psychose » .

C’est pourquoi l’agence de communication de crise appelle de ses voeux la mise en oeuvre d’une information entrante plus proactive chez tous ces professionnels, au-delà de l’information qui peut être fournie par les syndicats professionnels ou la Sécurité Sociale, permettant aux professionnels de la santé d’adapter leur attitude et conseils à la réalité des risques. L’agence de communication de crise appelle également au déploiement de formations à la communication sensible afin d’apaiser efficacement les doutes et les inquiétudes qui s’expriment de plus en plus souvent chez les patients face à ces crises sanitaires appelées à se multiplier dans les années qui viennent.