FAQ

Considérez-vous les spécialistes de l’intelligence économique comme des espions ?


Warning: foreach() argument must be of type array|object, null given in /homepages/13/d438486372/htdocs/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

intelligence économique

Nous ne les considérons pas comme tel. Le cas échéant le signe particulier d’un spécialiste en intelligence économique serait d’être un « espion légal ». Ils sont aussi par exemple souvent appelés « spécialistes du renseignement économique ».

Espionnage vs renseignement économique

S’il ressemble à de l’espionnage, le renseignement économique s’en distingue en ce qu’il reste dans les limites de la légalité. Certains de nos experts en gestion de crise s’appuient sur des partenaires réputés qui en ont fait leur spécialité et ne manquent pas de clients.

La carte de visite des spécialistes de l’intelligence économique précise généralement des choses comme : « Veille technologique, comparatifs concurrentiels, intelligence économique et renseignements des affaires. » Ils sont pourtant bien loin de l’image que l’on se fait de l’espion, même spécialisé en économie.

Trouver l’information difficile d’accès

Le spécialiste de l’intelligence économique est spécialisé dans l’information difficile d’accès, autrement dit à très forte valeur ajoutée, comme, par exemple, les coûts de production d’une usine ou la stratégie de développement de nouveaux produits d’un concurrent, autant d’informations que l’on ne trouve pas dans les bases de données en ligne ou sur Internet.

C’est l’équivalent de l’investigation pratiqué par les Etats, mais ces spécialistes de l’intelligence économique fonctionnent dans le cadre de la loi !

Cette pratique a toujours existé, surtout au Japon et aux Etats-Unis, mais que ce n’est que récemment que les entreprises ont commencé à la prendre au sérieux en France.

Le consultant en intelligence économique fonctionne généralement en « réseau », c’est-à-dire avec des indépendants dont les compétences sont complémentaires.

La plupart sont des clients occasionnels. Les missions qu’ils confient à ces conseils en intelligence économique durent de quelques semaines à un an. Mais reconstruire les coûts de production d’un concurrent est un véritable travail de bénédictin.

Pour mettre quelques chiffres sur une feuille de papier, il faut des mois de travail. Et parfois jusqu’à un million d’euros ! Pour mener à bien ces missions, le spécialiste de l’intelligence économique exploite différents outils.

Là où une personne normale se contente de 3 ou 4 sources d’information, les spécialistes en intelligence économique vont en consulter entre 300 et 400 au moins. Pour chacune de ces sources, l’expert en intelligence économique travaillent sur comment en tirer le maximum en liant ces informations entre elles afin d’en faire un ensemble stratégique cohérent.

Le recours aux brokers

Mais face à la pléthore de bases de données, les spécialistes de l’intelligence économique s’adressent souvent à des « brokers », en fait des intermédiaires qui extraient l’information brute et font un premier travail de ciblage.

Ensuite, pour gérer sa « mémoire », le spécialiste de l’intelligence économique dispose d’une base de données un peu particulière, en fait, un logiciel adapté à ses besoins spécifiques, une sorte de base de connaissances.

Un logiciel d’origine américaine souvent utilisé de façon systématique est par exemple capable d’analyser 1 Go d’informations, de données, de textes et d’en extraire une base de connaissances. Les éléments sont reliés entre eux par des liens intelligents.

Une compagnie pétrolière texane se sert de cet outil dans lequel elle a enregistré les codes des avions privés de ses concurrents. A chaque fois qu’un appareil est signalé plusieurs fois sur un même trajet dans une période donnée, le système génère une alerte et la compagnie sait que ce concurrent prépare quelque chose !