News|

Avocats, les relations publiques peuvent amplifier la crédibilité – et les profits – de votre cabinet.

Le vieil adage selon lequel plus ça change, plus c’est pareil est toujours aussi vrai. La perception du public joue toujours un rôle très important dans la société. La visibilité et la crédibilité sont toujours aussi importantes pour cimenter les relations d’affaires et sceller des accords. Un simple budget publicitaire ne suffit généralement pas pour être cité dans la presse ou être considéré comme un expert. La confiance dans la publicité sous toutes ses formes que lui accorde l’opinion publique varie entre 40 % et 10 %. La publicité souvent chèrement payée a toujours sa place dans une stratégie marketing intégrée, mais seulement en tant que soutien à une stratégie de communication finement définie.

Démontrer la qualité de votre expertise juridique en utilisant les relations presse est une excellente approche qui vous apportera visibilité et surtout crédibilité, ce qui aboutira à terme à une hausse de chiffres d’affaires. Les campagnes de relations presse des cabinets d’avocats peuvent contribuer à consolider et à améliorer leur image de marque, la notoriété de leur expertise. Elles peuvent aussi vous permettre d’attirer de nouveaux clients. Publier des articles ou des livres mais aussi faire des présentations en public contribuent à attirer l’attention des médias et constituent des aspects très importants pour vous bâtir en tant qu’avocat, un profil de leader d’opinion sur une expertise ou un marche particulier.

Cependant, afin de bien mettre en place une stratégie efficace de relations avec les journalistes, l’adhésion et le soutien préalables des principaux décisionnaires de votre cabinets d’avocats sont essentiels. Lorsque cela n’est pas le cas, les rapports entre le cabinet juridique et l’agence de communication sont voués à l’échec du fait des éléments suivants :

1. Le manque de réelle implication de la part du cabinet d’avocats peut aboutir à des opportunités manquées.

Il est essentiel que les avocats et associés du cabinet rappellent ou répondent aux e-mails lorsque les professionnels des relations presse sont en train de travailler sur des pistes possibles d’intervention dans la presse et ont besoin du point de vue de l’avocat.

La meilleure stratégie pour tout marketeur du secteur juridique est de continuer à encourager les avocats à rappeler les agences de relations presse lorsqu’elles les sollicitent. Les relations humaines sont très importantes dans les médias, et les sources fiables arrivent en tête. Si un avocat s’avère fiable et réactif aux demandes de l’agence de relations presse, il démontre qu’il le sera tout autant si les médias appellent. Les avocats qui comprennent le contexte médiatique sont conscients que les membres des agences de RP font le lien entre eux et les médias. Les agences de RP préparent le terrain pour que les avocats puissent briller devant les caméras ce qui exige une vraie réactivité pour répondre aux sollicitations des médias.

2. Les attentes irréalistes des cabinets d’avocats

Souvent, la stratégie de communication des cabinets d’avocats échoue car ils ont des attentes irréalistes comme d’être cité dans les plus gros journaux, magazines et émissions de télévision, tels que le JT de TF1, dans le mois suivant la signature du contrat avec l’agence de relations presse.

3. Les avocats ne s’impliquent pas, persuadés que l’agence de RP va faire tout le travail.

L’agence de communication souffrira d’un retour trop tardif ou même de ne pas avoir de retour du tout sur des idées et/ou les derniers projets de loi qui aideront ses professionnels des relations presse à présenter des possibilités d’interventions des avocats qui sont ses clients sur des sujets intéressants aux journalistes.

4. Irrespect : le travail des professionnels des RP n’est pas apprécié à sa juste valeur

L’échec ou l’absence d’implication, non seulement pour comprendre certaines des composantes du travail des RP, mais pour travailler étroitement avec eux, comme une équipe sont aussi trop souvent un facteur d’échec de la stratégie de communication des cabinets d’avocats.

5. Manque de compréhension de la part des juristes des bases du fonctionnement des médias

Les rapports traditionnels entre les avocats, les magistrats et les médias sont encore parfois tissés d’animosité. Cela est généralement dû à un manque de compréhension des rôles de chacun. Il faut arriver à décloisonner ses univers pour qu’une stratégie de communication puisse être efficace et importante pour les publics cibles du cabinet d’avocats.

6. Les juristes n’améliorent pas leurs compétences, notamment en ce qui concerne les présentations et les interviews.

L’incapacité à améliorer ses propres compétences, notamment les compétences nécessaires pour s’adresser à des groupes spécifiquement ciblés et à des journalistes est une difficulté souvent rencontrée par les communicants des avocats. C’est pour cela que nous accompagnons nos clients et les formons à la prise de parole en public ou dans les médias.

Aussi, avant de faire le moindre faux pas dans les médias, il est impératif de se rencontrer entre associés du cabinet et de se poser les questions suivantes :

  • Les objectifs assignés à votre agence de relations presse aideront-ils VRAIMENT votre cabinet d’avocats à atteindre ses objectifs commerciaux et à toucher ses prospects ?
  • Comment les résultats des activités de relations presse seront-ils évalués ?
  • Quels seront les éléments à atteindre et les échéances à respecter ?
  • Obtenir de la couverture médiatique, des articles, faire paraitre des tribunes, réagir à l’actu, commenter des affaires juridiques ou des évolutions législatives et règlementaires mais aussi rédiger et diffuser des communiqués de presse ne suffira pas à atteindre ces objectifs. Si votre agence de relation publique ne vous propose aucun indicateur ou vous dit cela, changez d’agence de presse ou discutez-en fermement avec eux.
  • Pourquoi le cabinet d’avocats souhaite-t-il faire appel aux relations presse à ce moment particulier ?
  • Qui est le public ciblé ?
  • Le cabinet d’avocats a-t-il plusieurs typologies de clients ?
  • Comment le cabinet d’avocats souhaite-t-il être perçu de ses publics cibles ?
  • La stratégie RP envisagée est-elle réaliste ?
  • Les objectifs de relations publiques peuvent-ils être atteints dans les délais impartis ? Quel calendrier ou rétroplanning de communication envisagez vous ?
  • Voulez-vous faire appel aux relations publiques pour sensibiliser vos collaborateurs ou pour vous aider sur un cas spécifique ?
  • Combien de temps le cabinet d’avocats souhaite-t-il allouer à ses activités de RP ?
  • Quels avocats seront régulièrement en contact avec l’agence de RP pour réfléchir sur des idées, etc. ? Y aura t il un référent ?
  • À quelle fréquence les interlocuteurs du cabinet d’avocats et de l’agence de RP discuteront-ils de la stratégie de communication élaborée ?
  • Les avocats sont-ils à l’aise à l’idée de parler à la presse ou faut-il les former ?
  • Les avocats connaissent-ils les bases du fonctionnement de la presse et les attentes des journalistes ?

Lorsqu’elles sont menées à bien, les relations presse et la communication juridique, permettent d’atteindre plusieurs objectifs, notamment des objectifs commerciaux. Une bonne communication permet aussi de positionner le cabinet d’avocats en tant que leader d’opinion et expert d’un secteur ou d’un marché. Accomplir ce qui était convenu ne suffit pas. L’implication du cabinet doit aller au-delà du « minimum syndical » insiste Florian Silnicki, expert en communication qui accompagne de nombreux cabinets d’avocats.