logo-bfmtv

Emmanuel Macron a officiellement succédé à François Hollande dimanche à l’issue de la passation de pouvoir. Selon Florian Silnicki, expert en communication politique, le nouveau président de la République tente d’incarner au maximum sa nouvelle fonction.

Florian Silnicki est expert en communication politique. Il est également le fondateur de l’agence de communication LaFrenchCom’.

« Cette passation est d’autant plus classique qu’il y a une volonté chez Emmanuel Macron de revisiter tous les marqueurs de la fonction présidentielle. Il veut se présidentialiser autant que possible. C’est une passation de pouvoir apaisée, elle n’a rien de commun avec celle entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Là, on a pris le temps de se saluer chaleureusement et amicalement. Il y a un sourire révélateur de ce lien fort qui existe entre les deux hommes.

Il y a aussi beaucoup de sobriété. Sa vie privée n’est pas surexposée. On a vu une Brigitte Macron totalement effacée, comme pour mieux tirer les leçons des erreurs passées, à la fois chez François Hollande et chez Nicolas Sarkozy. Pour eux, cela avait été des handicaps dans le lien qu’ils nouaient avec l’opinion publique, parce qu’elle rejetait cette surexposition.

« Il cherche de la solennité »

Je crois que ce n’est pas tant par rapport à lui qu’il fait ça que par rapport à l’analyse qu’il fait du quinquennat précédent. Il tire de cette analyse un manque d’endossement de la fonction présidentielle. Il a considéré et il a raison que François Hollande a souffert d’un manque de présidentialité. Emmanuel Macron a compris que l’une des clés de la popularité d’un président de la République c’est sa présidentialité. C’est pour ça qu’il cherche de la solennité, qu’il a cet air grave.

Il revisite aussi les symboles. Le côté militaire sur les Champs-Elysées, c’est De Gaulle. Rendre hommage à ses prédécesseurs dans son discours, c’est un moyen de s’enraciner comme un personnage présidentiel. Mitterrand disait ‘gouverner c’est ne pas plaire’, et Emmanuel Macron, sans doute, a compris ça, donc il va chercher à présider et non à gouverner. Et ça le protégera. D’autant que les Français sont attachés à leur monarque républicain. En ces temps où l’opinion publique et plongée dans l’incertitude, Emmanuel Macron doit rassurer. En misant sur le régalien, sur les symboles du président de la République, il met toutes les chances de son côté. Il veut faire président de la République, incontestablement.

« Il a besoin d’être chaleureux: il était accusé pendant la campagne d’être arrogant »

Il y a aussi un côté très chiraquien dans cette façon de prendre des bains de foule, dans cette façon d’aller saluer les gens. Il a besoin d’être chaleureux. Il était accusé pendant la campagne d’être arrogant, d’être froid. Il veut montrer qu’il ne l’est pas. Son attitude révèle qu’il veut mettre en scène l’attention qu’il porte aux gens. Les documentaires qui sont sortis sur la campagne révèle une volonté de mettre en scène une capacité d’écoute importante. Il veut montrer qu’il sait écouter les Français.

C’est le président du renouveau qui revisite tous les codes des anciens présidents de la République. Il s’attache aux plus vieux codes républicains et présidentiels. La communication politique a été très déstructurée sous François Hollande, je considère que ce quinquennat est un anti-manuel de communication politique. Emmanuel Macron veut en tirer les erreurs, pour contrecarrer les attaques potentielles contre son inexpérience ou son âge. »

Lire l’article en cliquant ici